Un peu de culture

Le mot « éolienne » vient du grec Αἴολος (Eole), le dieu des vents. Le terme signifie également « rapide », « vif » ou « inconstant ».

 

     Pendant des siècles, l'énergie éolienne a été utilisée pour fournir un travail mécanique : l'exemple le plus connu est le moulin à vent utilisé par le meunier pour la transformation du blé en farine mais on peut aussi citer les nombreux moulins à vent servant à l'assèchement des polders en Hollande. De nos jours, on trouve encore des éoliennes couplées à des pompes à eau, généralement utilisées pour irriguer des zones sèches, assécher des zones humides ou abreuver le bétail.

     Par la suite, pendant plusieurs décennies, l'énergie éolienne a servi à produire de l'énergie électrique dans des endroits reculés et donc non-connectés à un réseau électrique. Des installations sans stockage d'énergie impliquaient que le besoin en énergie et la présence d'énergie éolienne soient simultanés.

    En 1888, Charles F. Brush construisit une petite éolienne pour alimenter sa maison en électricité, avec un stockage par batterie d’accumulateur. La maîtrise du stockage d'énergie par batteries a permis de stocker cette énergie et ainsi de l'utiliser sans présence de vent, ce type d'installation ne concernant que des besoins domestiques, non appliqués à l'industrie.

     La première éolienne « industrielle » génératrice d'électricité est développée par le danois Poul La Cour en 1890, pour fabriquer de l'hydrogène par électrolyse. Dans les années suivantes, il crée l'éolienne Lykkegard, dont il vend 72 exemplaires en 1908. Une éolienne expérimentale de 800 kVa fonctionna de 1955 à 1963 en France, à Nogent-le-Roi dans la Beauce.

    Cette technologie ayant été quelque peu délaissée par la suite, il faudra attendre les années 1970 et le premier choc pétrolier, pour que le Danemark reprenne les développements d'éoliennes. Depuis les années 90, l'amélioration de la technologie des éoliennes a permis de construire des aérogénérateurs de plus de 1 MW. Ces grandes éoliennes se sont démocratisées et elles sont présentes aujourd'hui dans plusieurs pays soucieux de l'effet de serre et du protocole de Kyoto. Aujourd'hui, elles servent à produire du courant alternatif pour les réseaux électriques, au même titre qu'un réacteur nucléaire, un barrage hydro-électrique ou une centrale thermique au charbon. Cependant, les puissances générées et les impacts sur l'environnement ne sont pas les mêmes.

10 votes. Moyenne 2.60 sur 5.

Commentaires (2)

1. TECHNO 0_0 (site web) 28/03/2012

CHOSE A FAIRE OK

2. Blazvic enver 28/03/2012

Ce site est très bien il y a plein de chose a apprendre du corallienne

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site